• Bois raméal fragmenté

     

    Goyavier MartiniqueLe Bois Raméal Fragmenté nommé BRF n'est pas uniquement une technique de couverture et de protection du sol sous forme de broyats de feuillus, mais avant tout une technique énergétique d'enrichissement du sol qui respecte la voie biologique de la nature.

     

    Le BRF restaure l'équilibre biologique (faune et flore) et biochimique (substances minérales: argile) du sol et renforce le système immunitaire des plantes à l'image de l'équilibre établit naturellement en forêt par la formation de l'humus forestier.

     

    Claude Bourguignon, ingénieur agronome du laboratoire LAMS (Laboratoire d'Analyse Microbiologique des Sols), précise que l'équilibre agro-sylvo-pastorale liant le végétal, l'arbre et l'animal appliqué naturellement par l'agriculture d'autrefois est la meilleure technique à imiter.  

     

    Fabriquer du BRF est fastidieux en effet cette technique est énergivore en temps, matière et en matériel, elle n'est donc pas accessible à tous.

    Le BRF est utile pour régénérer les sols malades et presque qu’inutile en sol bien portant et équilibré.

     

    Si votre sol est malade et que vous n'avez pas la possibilité de faire votre BRF, vous pouvez vous pencher sur une autre méthode qui ne demande pas d'effort : le compostage de surface.

     

    Elle consiste à laisser sur place c'est à dire sur vos parterres de légumes, donc laisser sur place vos déchets de cuisine, de culture ainsi que les tontes de gazon, les déchets de taille de branches mais aussi de semer en complément durant les périodes sans culture de légumes un engrais vert afin que le sol ne soit en aucun cas laissé nu ou plus économique, simplement de laisser pousser les mauvaises herbes.

     

    Pensez-y la flore et la faune du sol a besoin de se nourrir quotidiennement tout comme nous!

     

    La vie du sol a besoin d'un C/N équivalent à 2/3 de carbone (plante lignifiée= brindilles marrons) pour nourrir principalement les champignons du sol et d'1/3 d'azote (verdure) pour le plus grand plaisir des bactéries et bien sûr sans oublier les autres composantes de la faune et la flore du sol!

     

     

    Index 

     Cit'action 

     

     

    De l'arbre au sol - Les Bois Raméaux Fragmentés

    Dans le livre "De l'arbre au sol - Les Bois Raméaux Fragmentés", Eléa Asselineau (cofondatrice du site "Les jardins de BRF" maintenant nommé "info-BRF") et Gilles Domenech (pédologue) nous fournissent des informations techniques et intructives sur:

    • Les sols, ce milieu vivant et fragile,
    • Le BRF, expériences, avantages, contraintes et mise en oeuvre,
    • L'arbre et son utilité en agriculture. 

     

     Bois raméal fragmenté

    De l'arbre au sol - Les bois raméaux fragmentés

    (Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

      

     

    Ce livre est un véritable plaidoyer pour le sol :

    Le sol n'est pas considéré comme uniquement le support et le garde-manger des plantes mais comme un écosystème à part entière que le BRF contribue à établir puis à maintenir en une chaîne trophique stable, semblable à une chaîne alimentaire plus complexe.

     

    "Le BRF permet d'obtenir des rendements optimums et une production alimentaire de qualité, nécessitant peu d'intrants, tout en assurant une importante économie de l'eau...

    ...Le BRF agit dans le même sens de la nature dans la genèse du sol, dixit le Professeur Lemieux..."

     

    Le BRF ne peut pas être assimilé comme un fertilisant, ni comme un amendement, tout deux apportant des nutriments à la plante, mais comme un aggradeur (à l'inverse de la dégradation) apportant une source d'énergie constante permettant un équilibre biochimique et le développement de la vie du sol.

    En fait, le BRF est intimement associé à la formation des sols (pédogénèse).

     

    La nature se suffit à elle-même, la forêt en est le parfait exemple.

    Il suffit donc d'imiter la forêt et suivre sa logique!

     

    Approfondissons le sujet sur la technique BRF! 

     Index 

     

     

     

    Une découverte hasardeuse 

    Le paillis de bois fragmenté fut découvert par hasard au Canada par Edgar Guay (haut fonctionnaire d'Etat) au début des années 1970.

    Guay entrepris d'épandre le trop plein de copeaux d'une usine d'extraction d'huile, essentielle de pins, dans un champ de céréales pour le protéger de la sécheresse.

    Le champ supporta la sécheresse, mais il apparu un phénomène inattendu, une augmentation spectaculaire du rendement.

     

    Cette découverte fut étudiée et expérimentée dès 1983 par le Professeur Gilles Lemieux, qui lui donna le nom de "Bois Raméal Fragmenté".

    Index 

     

     

    Que signifie BRF?

    Tout est dans le sigle BRF:  Bois Raméal Fragmenté 

    Le BRF est donc la fragmentation par broyage de rameaux de bois vert au diamètre inférieur à 3cm (pousses secondaires d'une branche sur lesquelles viennent se fixer les pétioles des feuilles) et de petites branches fraîches dont le diamètre ne dépasse pas 7cm (la lignine est peu polymérisée, plus tendre et facilement décomposable à ce diamètre).

    Les dimensions des copeaux obtenus varient de 5 à 10cm.

     

    Le BRF est constitué uniquement de rameaux, de branches et de feuilles riches en sucres, acides aminés, protéines, cellulose, hémicellulose et lignine provenant de la synthèse du glucose.

     

    La lignine joue deux rôles primordiaux, premièrement constitue une source énergétique pour les champignons basidiomycètes et secondement devient la clef de voûte de la construction du sol (pédogénèse).

     

    Le broyage permet de casser l'écorce et accélère le processus de colonisation du bois vert par les champignons, faute de quoi ce sont les bactéries et actinomycètes anaérobies (bactéries filamenteuses à cheval entre bactéries et champignons) qui prennent le dessus en inhibant fortement l'action des champignons basidiomycètes (champignons à chapeau). 

      

    Ne confondez pas les "paillis de bois secs" qui sont des bois morts d'écorces de résineux avec les "paillis de BRF" constitués uniquement de bois verts vivants.

     

    Les écorces de résineux en paillis servent uniquement de couverture du sol. Ceux-ci limitent la pousse de plantes indésirables.

     

    Contrairement aux paillis de résineux, le BRF favorise l'installation des champignons décomposeurs du bois, maillon d'une chaîne trophique qui préserve la fertilité du sol.

     

    Les paillis de résineux rendent en outre, les sols acides et empêchent la prolifération des champignons, or justement les champignons sont indispensables dans le processus de dégradation de la lignine et de la fabrication de l'humus (mélange de matière organique animale et végétale décomposée et de minéraux provenant de la dégradation de la roche-mère), vous comprendrez au fil de la lecture leurs utilités.

     

    Le BRF favorise plutôt la formation d'humus de type "mull", provenant d'une décomposition rapide de la matière organique, à l'opposé d'une décomposition faible de type "mor" ou moyenne de type "moder".

     

    Ne confondez pas non plus le BRF avec le "compost" qui lui est dégradé principalement par les bactéries par processus d'élévation de température. Ce processus est très énergivore. Durant le compostage, la fermentation thermophile des déchets organiques par les bactéries et actinomycètes permet d'obtenir un amendement riche grâce à la dégradation des sucres, acides aminés et protéines...

     

    Retenez que les champignons jouent un rôle clé dans la biodisponibilité des nutriments aux plantes.

    Index 

     

     

     

    Que génère le BRF?

    • Primo, le BRF permet un important développement de champignons formant un réseau filamenteux appelé mycélium.

     

    Le mycélium nommé "pourriture blanche" sécrète des enzymes dont la "lignoperoxydase" capable de casser les molécules de cellulose et de lignine (dépolymérisation), libérant les sucres et protéines contenues dans les cellules du bois.

     

    Le mycélium produit aussi des hormones et antibiotiques fortifiants pour les plantes, qui éliminent de ce fait les maladies et ravageurs.

     

    De même, le mycélium extrait les minéraux de la roche mère et fournit l'eau directement accessible aux racines des plantes.

     

    La dépolymérisation de la lignine par le mycélium grâce à l'enzyme lignoperoxydase fournit deux composés, les acides humiques et fulviques, qui jouent un rôle majeur dans la stabilité et la fertilité des sols.

    Le professeur Lemieux explique ce processus dans  "La clé de la fertilité durable du sol". J'en parle dans la partie tierso de "Que génère le BRF?" .

     

    L'acide humique constitue un des agrégats stables du sol en présence d'argile grâce au complexe argilo-humique (CAH), base de la structure fertile du sol. 

     

    Le BRF favorise donc le cyclage des nutriments facilement utilisables par les plantes, en augmentant considérablement leur vitesse de croissance et leur rendement.

     

    • Secundo, le BRF est biostimulant, en effet il stimule la vie du sol, la mise en place de la chaîne trophique.

     

    Les nutriments contenus dans le BRF sont assimilés par les microorganismes du sol, bactéries, algues, protozoaires et principalement par les champignons basidiomycètes seuls capables de produire les enzymes pouvant dégrader la lignine. 

     

    Ce froisonnement de vie généré par le BRF grâce à l'activité de la chaîne trophique produit deux enzymes les "nitrogénases" qui apportent l'azote et les "phosphatases" qui fournissent le phosphore.

    Ces deux nutriments apportés naturellement au sol grâce à l'activité biologique restent entièrement et totalement disponibles à la croissance des plantes.

     

    Je vous précisais précédemment que la nature se suffisait à elle-même, que la forêt en était le parfait exemple et bien, le BRF favorise la pédogenèse des sols par la formation d'un humus de type mull, un substrat de qualité supérieure semblable à celui issus de la forêt.

     

     

    La formation des sols par Francis Hallé

     

     

    Le BRF favorise la prolifération des vers de terre, gage d'une terre fertile! 

    Nous connaissons tous l'utilité des vers de terre, néanmoins, ils ne se cantonnent pas seulement d'améliorer la structure du sol, ils favorisent la résistance des plantes notamment leur résistance vis à vis des effets néfastes des nématodes.  

    Patrick Lavelle du Laboratoire d’écologie des sols tropicaux de l'IRD (Institut de recherche pour le développement) explique ce phénomène sur cette vidéo "Les vers de terre, alliés des plantes contre les nématodes ?" .

     

         BRF et chaîne trophique

    BRF et chaîne trophique

    Extrait du livre

    "De l'arbre au sol - Les Bois Raméaux Fragmentés"

    Cliquez pour agrandir le doc.

     

     

    • Tierso, Lemieux explique le rôle du BRF dans la pédogénèse grâce à la "biotransformation" des matières organiques dans le sol où la lignine joue un rôle clef. Dans sa publication "Le bois raméal fragmenté : La clé de la fertilité durable du sol":
    • « BRF La clé de la fertilité durable du sol.pdf »

      Il dit, je cite :

     

    "...La fraction lignine du bois, tant gaïacyl que syringyl (deux importants polyphénols), de même que les tannins condensés (proanthocyanidines) jouent un rôle vital dans la formation du sol..."

    La lignine gaïacyl est présente dans les conifères tandis que la lignine syringyl est plutôt présente dans les feuillus.

     

    Le professeur Lemieux poursuit :

    "...Ces polyphénols s'associent aux fongus Basidiomycètes qui simultanément libèrent des enzymes.

    Ces Basidiomycètes produisent à la fois des enzymes et deviennent une source alimentaire pour la microfaune fongivore d'arthropodes.

    En broutant le mycélium de ces fongus, les arthropodes contribuent à la dynamique de la pédogenèse.

    Sous l'impulsion des lignoperoxydases dépendantes du manganèse, il y a production d'acides fulviques et humiques.

    Il y a donc un effort conjoint de la biochimie et de la microbiologie, tout comme du monde animal où les nutriments et l'énergie s'unissent dans un processus de contrôle dynamique.

    On doit souligner le rôle secondaire des polysaccharides extracellulaires (PEC) qui lient les particules humiques et minérales pour former les agrégats, à la base de la structure fertile du sol.

    Toutefois, ces agrégats sont métabolisés à leur tour par la flore bactérienne qui utilise ces PEC comme source alimentaire, tout en dégradant à nouveau le sol.

    Ainsi, la structure du sol est également liée aux sucres, celluloses, protéines, lignines, où les arthropodes, les bactéries et les fongus jouent un rôle majeur..."

     

     

    Claude Bourguignon en colloque "Où va le monde ?"

    Index 

     

     

     

    Période propice au broyage

    Le broyage s'effectue durant la période de dormance, le temps de repos végétatif durant lequel les éléments nutritifs sont concentrés dans les rameaux.

     

    En climat tempéré, cette période se situe en automne et hiver entre octobre et mars, les rameaux sont donc sans feuilles.

     

    Il n'en va pas de même sous les tropiques où les essences conservent leurs feuilles toute l'année. La présence de ces feuilles est indispensable dans le BRF sous peine de carence en zinc.

     

    En climat tropical, la fin de la période des pluies est la plus propice, période durant laquelle les polyphénols hydrolysables (tanins), sont concentrés dans les rameaux, tandis qu'à la période sèches ces polyphénols sont très peu hydrolysables et bloquent le mécanisme de la pédogenèse.

     

    Dans l'hexagone, c'est donc en hiver qu'il est recommandé de tailler divers arbres et haies.

     

    Jacky Dupéty précise dans son livre "Le BRF, vous connaissez?"  que, je cite :

    "La taille et l'entretien de 1 km de haies (soit 500m de chemin bordé de haies) représente annuellement entre 16 et 30m3 de broyat. Ce qui permet de recouvrir entre 500 et 1000m3 de broyat à raison d'une couche de 3cm".

     Index 

     

     

    Quelles essences de bois utiliser?

    Lemieux indique dans ses écrits, je cite:

    "Afin d'obtenir de meilleurs résultats, les expériences actuelles nous recommandent d'utiliser le bois dormant des dicotylédones ligneuses (angiospermes). On peut cependant y ajouter jusqu'à 20% de copeaux de gymnospermes".

     

    Les angiospermes sont surtout des plantes à fleurs dont l'ovule fécondée se transforme en un fruit clos portant les graines tandis que les gymnospermes sont plutôt des arbres de type conifère dont l'ovule est à nu et pour lesquels les graines ne sont pas enfermées dans un fruit (pin, genévrier, cycas, épicéa, séquoia, sapin...). 

     

    La structure de la lignine des angiospermes est de type syringyle tandis que la lignine des gymnospermes est plutôt une lignine gaïacyle. Ces deux types de structure influencent le niveau de dégradation du BRF.

     

    Lemieux explique qu'il est préférable d'utiliser un mélange de plusieurs essences de bois afin d'obtenir une meilleure qualité de substrat.

     

    Les meilleures essences sont celles qui ont un taux élevé en lignines tel que l'érable, le hêtre, le chêne rouge.

    Il note que le bouleau, le tremble, le saule et le peuplier sont moins efficaces et précise que les conifères comme le pin, sapin et épicéa ne doivent pas dépasser 20% du total. 

     

    Il est donc souhaitable de limiter ou d'éviter les bois contenant des résines, gommes et composés phénoliques (colorants végétaux jaunes, pigments bleus, rouges ou violacés et les tanins). D'où les 20% de gymnospermes recommandés.

     

    Ces composés chimiques appelés "métabolites secondaires" ont ici un rôle défensif, ils peuvent avoir des effets antibiotiques, fongicides, toxiques et inhiber l'action des micro-organismes.

     

    Un petit aparté pour préciser que le rôle protecteur de ces phénols pour les plantes est tout aussi utile sur l'homme. Les phénols ont des effets bénéfiques sur notre santé de par leurs propriétés antioxydantes et antimicrobiennes.

     Index 

     

     

    Mise en place du broyat et avantage du BRF

    Avant la mise en place du broyat, le Professeur Lemieux préconise un apport de 10 à 20g au m2 de litière forestière dans le but de réintroduire les champignons, bactéries, insectes et arthropodes dans les sols agricoles dégradés et appauvris par une surexploitation, l'utilisation de biocides (insecticides, herbicides...) et d'engrais chimiques (azote, phosphore, potassium principalement).

     

    Puis, le broyat fraîchement coupé est étalé de suite (meilleure efficacité) en paillis sur un sol bien drainé, non détrempé, non labouré, d'une épaisseur de 1.5 à 3 cm.

     

    Il est préconisé d'étaler de suite le BRF sur le sol afin d'éviter la montée en température d'un tas de broyat de BRF qui entraîne non pas une colonisation par les champignons comme souhaité mais une dégradation de celui-ci par les bactéries. 

     

    Dès l'installation des filaments blancs des champignons,  il est recommandé de ne pas incorporer le BRF afin de ne pas bouleverser la vie du sol car en effet, les champignons prolifèrent qu'en milieu aérobie.

    Le couple Bourguignon donnent des conseils dans ce sens et préconisent de laisser la faune du sol poursuivre le travail d'enfouissement. Ils s'expliquent sur la vidéo relative à l'utilisation du BRF sur les sols de vignes.

     

    Il est aussi préconisé de planter après l'épandage dans un sol fortement dégradé, une plante de couverture de type graminée ou patate douce et de laisser cette couverture durant toute la période des pluies.

    Ces plantes contribuent à la protection du sol et créent un micro-climat favorable au développement de la chaîne trophique.

     

     

    Le BRF est donc une technique économique à long terme, comme indique les résultats observés sur 20 ans de recherche par l'équipe Lemieux : 

    • Correction positive du rapport carbone/azote (C/N) du sol
    • Formation de nouveaux agrégats du sol

    • Correction du PH vers la neutralité, PH favorable à la vie et à la croissance des plantes

    • Augmentation significative de la production et de sa qualité végétale

    • Réduction des besoins en eau des cultures avec une nette augmentation de la résistance à la sécheresse ou au gel

    • Constitution de nouvelles chaînes trophiques et maintien de celles qui existent

    • Forte diminution de l’érosion des sols tant éolienne qu’hydrique

    • Modification de la flore adventice et de son agressivité

    • Contrôle du parasitisme de nombreux insectes; nématodes, pucerons, flétrissements bactériens, viroses

    • Élimination des pertes d’azote par lessivage responsable de la pollution des nappes phréatiques

    • Meilleure qualité gustative et meilleure conservation des produits de récoltes

    Index 

     

      

     

    Les besoins en azote

    Les micro-organismes immobilisent l'azote (azote-carburant) du sol nécessaire à leur croissance.

    Il s'en suit un manque d'azote disponible nommé "faim d'azote" qui perturbe la nutrition des plantes par un arrêt de croissance et un jaunissement.

    Cette faim d'azote ne se produit qu'uniquement durant les deux premiers mois d'apport du BRF en climat tempéré et moins longtemps en climat tropical.

     

    Pour palier à ce problème, il est préconisé de cultiver dans un premier temps des légumineuses qui utilisent l'azote de l'air grâce à leur association avec les mycorhizes (champignons en symbiose avec les racines des plantes) ou bien de combiner légumineuses (luzerne, pois, trèfle...) et autres plantes.

     

    La fin d'azote est moindre lors des épandages de BRF durant la période allant d'octobre à décembre.

    Il a été remarqué que le BRF entretenait la vie des bactéries capables de capter l'azote de l'air.

    A noter que lorsque le sol est équilibré, la faim d'azote est minime et même nulle.

    Robin Letellier explique concrètement le cycle naturel de l'azote et de l'humus, la corrélation humification/ période de mise en place du BRF en fin été automne début hiver.

     

     

     Index 

     

     

    Pas de fertilisants, insecticides ou d'herbicides

    avec le BRF

    Selon les études du Professeur Lemieux, le BRF contient tout ce qu'il faut pour maintenir un équilibre entre les nutriments sans provoquer de carence.

     

    Un apport en fertilisant, d'insecticides, d'herbicides et tutti quanti, engendrent des désordres dans le processus de dégradation du BRF.

     

    C'est ainsi qu'un apport d'azote accélère la dégradation des polyphénols hydrolysables, des celluloses et modifie la structure des agrégats et leurs propriétés, provoquant la multiplication et l'agressivité des mauvaises herbes.

     

    Le professeur Lemieux précise en outre que l'azote contribue à acidifier et à libérer les métaux lourds du sol.

     

    De même, l'azote augmente la perte des éléments "mineurs" du sol, joue un rôle dans la contamination par les nitrates des nappes phréatiques et favorise les émissions de gaz à effets de serre provoquées par la prolifération de la flore bactérienne du sol par émission de N2O.

      

    L'utilisation d'herbicides et d'insecticides diminue la population de protozoaires, participe au déséquilibre entre les flores bactériennes et fongiques favorisant l'augmentation des parasites et maladies des plantes.

     Index 

     

     

    Quantité et fréquence d'épandage

    Les besoins en BRF sont de l'ordre de 150 à 200 m3 par hectare (40 tonnes/ha) en pays tempéré et 300 m3 en pays tropicaux.

     

    L'épandage du BRF peut-être renouvelé tous les 3 ou 5 ans selon le climat (en comparaison, le compost doit être apporté chaque année).

    La biotransformation du BRF prend plus de temps en climat tempéré et est bien plus rapide sous les tropiques, l'activité biologique étant plus intense (eau - chaleur).

      Index 

     

     

    Différentes utilisations du BRF en agriculture 

    Je vous propose de consultez ce résumé sur l'intérêt des différentes utilisations du BRF en agriculture  « Le BRF un outil pour une nouvelle agriculture.pdf »

     

    Et l'étude d'« Une tentative d'évaluation de la technologie BRF pour des fins maraîchères.pdf ».

      

     

        

     Le BRF, une perspective d'avenir

      Index 

     

     

    Utilisations concrètes du BRF sur les cultures

      

    La ferme de Jacky Dupéty 

    Jacky Dupéty, paysan bio du Lot cultive depuis 2004 sur une terre caillouteuse dite ingrate, sans eau ni labour, sans engrais ni traitements en pesticides, une grande variété de légumes aux rendements supérieurs à la moyenne, de qualités gustatives élevées et de meilleures conservations, tout cela grâce au BRF.

     

    Dans ce conteste, vous imaginez les économies et le gain de temps.

     

    L'utilisation du BRF a transformée son sol en une terre structurée bien pourvue en vers de terre et riche en nutriments semblable au sol nourricier de la forêt.

     

    Le BRf a permis une réduction visible des prédateurs de cultures notamment les nématodes et une remarquable résistance des plantes à la sécheresse.

     

    Comment le BRF apporte t-il à la plante l'eau dont elle a besoin?

    Ce document vous fournira quelques pistes de reflexion!

     

     

         BRF et eau

    BRF sans irrigation

    Extrait du livre "De l'arbre au sol

    Les Bois Raméaux Fragmentés" 

    Cliquez pour agrandir le doc.

     

     

    Jacky Dupéty avec la complicité de Bernard Bertrand (Ecrivain-paysan, fondateur des éditions de Terran) a édité un livre "La BRF vous connaissez?"

     

     

        

     Jacky Dupéty dans sa ferme du Pouzat

     

     

    Jacky Dupéty en 2011

     Index 

     

     

    Incidence de la dégradation des sols

    Le Professeur Lemieux, dans son étude : « Bois raméal fragmenté la clé de la fertilité durable du sol» insiste sur le fait que nous sommes face à deux gigantesques problèmes :

    • La dégradation des sols
    • La raréfaction et la qualité de l'eau

     

    La hausse des prix des aliments est intimement lié à ces deux problèmes :

    • En premier lieu à une mauvaise utilisation des sols entraînant une diminution de sa fertilité ;
    • En second lieu à une importante captation de l'eau et à une grave pollution des eaux souterraines ayant un impact direct sur la raréfaction de l'eau.

     

    La vie des hommes sur terre dépendent des ressources du sol (sa fertilité) et non pas de la productivité végétale qui elle dépend d'intrants coûteux.

     

    J'ai déjà eu l'occasion d'en parler préalablement et je le redis à nouveau. Un sol riche en matière organique est un sol vivant et un sol riche en matière organique est un sol semblable à celui de la forêt.

     

    Lydia et Claude Bourguignon, microbiologistes des sols, démontrent sur la vidéo "Vie et mort des sols" par le biais d'analyses des sols que l'agriculture conventionnelle participe grandement à la destruction des terres arables par la mécanisation, l'apport d'engrais et de pesticides...

     

    Ils précisent qu'une agriculture de couverture pratiquée sans labour aide à régénérer la qualité des sols.

     

          

     "Vie et mort des sols" Lydia et Claude Bourguignon

     

    Les bourguignon ont effectué une expérimentation basée sur l'utilisation du BRF dans trois types de sols plantés de vigne. Ils expliquent durant une conférence à l'ENFA de Toulouse en 2010, les effets positifs de l'apport du BRF sur l'activité biologique, la température ainsi que la teneur en eau du sol.

     

     

    Les résultats des analyses effectuées "Effet de l’application de B.R.F sur l’activité biologique et sur la faune épigée de trois sols de vignes" sont sur le pdf ci-dessous

    http://colloquebrf.enfa.fr/diaporamas-brf/Bourguignon.pdf

    Index 

     

     

     Cit'action

    Le sol est comme du pain et le BRF son levain! 

     Jacky Dupéty  

     

         Goyavier

     Magnifique goyavier (Psidium guajava)

     chez mon grand-père paternel

     Index 

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    cathy P
    Jeudi 16 Mars à 11:44

    Très instructif et complet. Pour une simple recherche sur le choix du BRF pour mes fraisiers, je me retrouve à  "éplucher " chaque article ... Merci beaucoup car grâce à vous je comprend mieux l'importance et la nature du sol. C'est passionnant et évident après ces explications.

    cathy P

     

    2
    Mardi 21 Mars à 13:36

    Bonjour Cathy, je suis heureuse d'avoir pu attiser votre curiosité et vous éclairer sur le sujet du BRF.

    Le brf est apprécié par la vie du sol présente dans l'environnement des plantes pérennes. Le fraisier en fait partie (plantes de sous-bois, précurseurs de la forêt, action lente), le brf est donc le bienvenu dans vos parterres de fraisiers.

    A contrario, les plantes annuelles (légumes du jardin) ont plus besoin de matières fraîches se décomposant rapidement (feuilles, déchets de légumes, coupes d'herbes fraîches, foin), sources de nourriture pour la vie du sol accompagnant celles-ci.

    Bien que l'on puisse utiliser de brf  pour les légumes, comme le fait Jacky Dupéty en zone aride, le brf est plus profitable aux plantes pérennes. La préconisation pour les annuelles de plutôt laisser les déchets sur le sol en compostage de surface va dans le bon sens.

    Le compost fait par l'homme (matière compostée en tas) est plutôt un produit fini utile à la plante et non à la vie du sol car déjà dégradé.

    Bien à vous! Jacky

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :