• Rêv' & Alizés

     

    En cette année 2013, j'ai ouvert un autre volet du livre de ma vie.

    J'ai fait le choix de voler de mes propres ailes en m'installant à 43 ans en maraîchage bio.

    En me remémorant les souvenirs de mon enfance, je me rends compte qu'ils constituent un pilier dans la ligne droite de mon cheminement naturel et de mon désir d'installation toujours ancré en moi.

    J'ai réalisé ce rêve d'enfant, d'où le titre de cet article :

    "Rêv' & Alizés"

     

    Je vous invite donc à un voyage sensoriel, en vous laissant caresser par le vent des alizés des souvenirs de la Martinique de mon enfance!

     

     

    Index 

    Ma prim'enfance à la Martinique

    Changement de vie

     Cit'action

     

     

     

    Ma prim'enfance à la Martinique

    Le premier volet de ma vie s'ouvre sur ma prim' enfance à la Martinique.  

    Ma mère "Alice" était enseignante et mon père "Georges" paysan. Etant une fille de la ville je fus marquée très tôt par des souvenirs heureux des très nombreuses journées en familles passées à la campagne le weekend et durant les vacances scolaires avec mes soeurs Véronique et Camille et mon frère Claude.

     

    Mes années d'enfance en tant que scout de France étaient riches en enseignements religieux très agréables avec mes soeurs et deux cousines Sandra et Solita. Nous participions à des veillées inoubliables en nature autour d'un feu de camp et je dois dire plutôt, autour d'un feu de joie.

     

    J'appréciais cette vie à la Robinson Crusoé durant laquelle j'apprenais à connaître et aimer cette nature environnante et ainsi agir en sorte de la respecter et la protéger.

     

    Ces moments à la campagne!

    Ont forgé mon caractère opiniâtre, ma curiosité et ce besoin de vibrer en concordance avec la nature. 

     

    Avec mes yeux d'enfant, j'admirais la fraîche beauté de cette généreuse nature en fleurs et abondante en fruits.

     

    Anthurium

    Anthurium

    Les arums (anthurium) pointaient en un clin d'oeil à mi-ombre, dans cette luxuriante nature chaude et humide propice à leur épanouissement

    (Anthurium andraeanum)

     

    Il m'arrivait de rester stoïque, m'éveillant devant le sissi qui butinait à tir d'aile les fleurs qui éclosaient naturellement à profusion.

     

    Colibri

    Le sissi (colibri: Eulampis holosericeus) aimait allègrement recueillir le nectar des fleurs du bananier

    (Musa × paradisiaca) 

    Usité de la banane fruit: néphrites azotémiques, troubles intestinaux, arthritiques et cardio-rénaux, prévient les courbatures musculaires

    Banane verte râpée dans du lait chaud: ulcères gastro-intestinaux

    Sève du pseudo tronc du bananier: arrêter les saignements, accélérer la cicatrisation 

     

    Pois d'Angole

    Il en allait de même pour les abeilles sur les fleurs de pois d'Angole.

    (Cajanus cajan)

    Usité des feuilles: diarrhées, troubles cutanés, soins capillaires Pois: drépanocytose

     

    Anoli

    Il n'y avait pas que le sissi qui s'enivrait du nectar des fleurs, l'anoli (lézard, Phyllantus acidus) lui aussi s'invitait à la table des délices, ici sur la fleur de la canne d'eau.

    (Costus speciosus)

    Usité des feuilles, racines: dépuratives

    Tige: rétention ou inflammation urinaire

    Fleur: aromate en cuisine 

     

    Hibiscus

    Et bien, j'avoue que je prenais part à ce délice!

    Enfant, je mangeais les bourgeons de fleurs d'hibiscus qui avaient un p'tit goût sucré appréciable.

    Je déposais le pistil de cette fleur d'hibiscus sur le bout de mon nez qui s'y accolait tout seul comme par magie, un enfantin et bienfaisant amusement! 

    (Hibiscus schizopetalus)

     

    Et je m'extasiais face à cette généreuse nature tropicale!

     

    Rose de porcelaine

    Je trouvais la "rose de porcelaine" pétillante, belle et souriante comme le jour.

    (Etlingera elatior

     

    Gingembre blanc

    Et l'immaculé "gingembre blanc" sauvage était quant à lui aussi embaumant qu'étourdissant.

    (Hedychium coronarium)

    Usité des feuilles: rétention urinaire, hypertension artérielle, plaies superficielles

    Racine: rhumatismes

    Huile parfumée

     

    Alpinia

    Le gingembre rouge quant à lui, me semblait magique avec toutes ses flèches de rejetons qui pointaient vers le ciel.

    (Alpinia purpurata)

     

    Gingembre rouge Alpinia

    Fièrement dressé face au soleil, le balisier était impressionnement... majestueux!

    (Heliconia caribaea)

     

    Héliconia

    Et l'héliconia était selon mon imagination... doté de doigts de fée.

    (Héliconia psittacorum)

     

    Oseille-bois

    Ma mère enjolivait et ajoutait une pointe acidulée à nos salades en les parsemant de ces succulentes fleurs d'oseille-bois.

    (Begonia obliqua) (Begonia martinicensis)

    Usité fleurs: sirop pectoral de fleur états grippaux et toux  

     

    A-tous-maux

    J'admirais avec appétit les fleurs d'A-tous-maux qui scintillaient au soleil.  Elles semblaient nous dire qu'elles étaient présentes sur terre pour guérir tous nos maux, les biens nommées "Atoumo" ou "Guérit-tout" en Créole.

    Ma mère en faisait un doux sirop, à nous lécher les babines, tout aussi utile contre la grippe, les maux de têtes que pour les maux de ventres.

    (Alpinia zerumbet)

    Usité des fleurs et feuilles: états grippaux, hypertension artérielle, relaxation

    Rhizome: ulcères gastriques, digestion difficile

     

    A la campagne, tout redevenait simple comme bonjour!

    J'avais cette heureuse impression de revenir dans les temps anciens où l'on se contentait de peu en puisant uniquement dans la nature tout ce dont nous avions besoin pour vivre.

     

    Comme!

    Cuire le fruit à pain tout entier dans la braise du feu de bois à même la terre, ce qui lui donnait cette p'tite odeur et ce p'tit goût boucané unique qui éveillaient nos papilles.

     

    Fruit à pain

    Fruit à pain 

    (Artocarpus altilis)

    Usité des totottes mûres: troubles hépatiques

    Feuilles jaunes: adjuvant traitements antihypertenseurs

    Fleurs mâles séchées et brûlées: une fumée pour chasser les moustiques

     

    Comme!

    Fabriquer des couis avec la calebasse qui nous servaient d'assiettes, de bols et autres récipients de cuisine.

    Et le poisson mariné dans le coui, si bien assorti d'épices de gros-thym, de feuilles de bois d'Inde, parsemé de poivre, siroté de citron, n'échappait pas à ma gourmandise, je le dégustais cru comme un bonbon salé.

    La fabrication du coui était simple, après l'avoir coupé en deux  à la scie et l'avoir vidé de sa pulpe, nous le grattions et le mettions à sécher.

    En y pensant, je revois encore cette pulpe écumante blanche s’oxyder passant du blanc au beige puis au marron, entraînée peu à peu par les remous de l'eau de la rivière lézarde.

     

    Calebasse

     Calebassier 

    (Crescentia cujete)

    Usité des feuilles: douleurs légères, douleurs auriculaires

    Pulpe du fruit: contusions, coups de soleil, abcès

     

    Comme!

    Boire uniquement l'eau de source au p'tit goût ferreux, j'en ai l'eau à la bouche!

    Mon père me donnait à boire de cette eau à même une feuille de dachine recourbée en cuillère nommée aussi chou de Chine en Martinique.

    Les feuilles de dachine sont pourvues d'une fine pellicule sur laquelle les gouttes d'eau glissent comme des billes translucides, qui, à la lumière des rayons du soleil se magnifient en une couleur argentée.

    Avec mes yeux d'enfant, j'admirais cette extraordinaire capacité de la nature à produire du beau.

     

    Et là, je repense à ce juste délice composé d'un bon morceau de dachine accompagné d'une queue de poisson marinée dans le coui puis grillée au feu de bois...hum mes papilles papillent!

     

    Dachine

    Feuille de dachine, dasheen, ou chou de Chine

    (Colocasia esculenta)

     

    La parcelle du terrain familiale de mon enfance avait de nombreuses sources étant située dans une vallée longeant la rivière lézarde.

    Afin d'éviter que les cultures ne soit inondées, mon père cultivait alors sur buttes.

     

    Pour moi, sources et rivières sont source d'un plaisir apaisant, d'où ce désir d'entendre dans mon cocon familiale ce clapotis de l'eau.

    Vous comprendrez un peu mieux ce dont je veux parler en lisant mon article "Ca coule de source" sur ma fontaine d'intérieure.

    Mon souhait de creuser une mare sur ma parcelle vient de ces heureux souvenirs. 

     

    Eau ferrugineuse

    Eau ferrugineuse

     

    Le long de la rivière Lézarde, j'aimais à entendre chanter les bambous ondulant au rythme des alizés à l'instar des séquences incluent dans ma vidéo du "Chanté Noël" entonné par ma fille "Mayoo".

     

     

    Bambou rivière

    Bambous de la Rivière Lézarde

     

    Je sautais de joie face à un "matoutou falaise" aux magnifiques couleurs mi rosée mi bleutée qui sortait juste d'un bain rafraîchissant de rivière, mais en prenant tout de même garde qu'il ne me saute dessus!

     

    Matoutou falaise

     

    Matoutou falaise (Avicularia versicolor)

     

    Il n'était pas inhabituel que je dérange la quiétude d'un superbe "kaïali" (Héron) qui péchait. Il me le faisait savoir en s'envolant tout en poussant son cri de guerre à me donner la chair de poule.

     

    Kaïali

     Kaïali 

    (Butorides virescens)

     

    Face à cette rivière Lézarde, j'avais alors une imagination débordante!

    Je pensais à mes ancêtres Caraïbes et me les présentais dans ce bout de forêt, dans ce bout de campagne du Gros-morne, le long de cette rivière Lézarde.

     

    Rivière Lézarde

     Rivière Lézarde

     

    Et les fruits..., les fruits fraîchement tirés de l'arbre, un délice!

    La nature abondait en fruits, j'ai toujours eu la joie de pouvoir consommer les fruits tout juste détachés de l'arbre. Comparé au goût de ceux achetés en magasin, y'a pas photo, ils n'ont absolument pas ce même goût naturel. 

     

    Grenade

    Je prenais plaisir à faire éclater sous mes dents chaque p'tit grain de grenade.

    (Punica granatum)

    Usité de l'écorce de racine et de tige: ténia

    Feuilles et fleurs: maux de gorge

    Ecorce de fruit: diarrhées

    Graines roses: boisson "Sambu" rafraîchissante, régénérative et amincissante 

     

    Pomme d'eau

    Je croquais sans ménagement les douces "pomme d'eau", rafraîchissantes à souhait avec cette sensation de croquer une rose sucrée et juteuse.

    (Syzygium malaccense)

     

    Carambole

    Je profitais de chaque face étoilée de la carambole.

    (Averrhoa carambola)

    Usité du fruit: possède des composés antioxydants et reminéralisants pour les diabétiques et hypertendus.

    Une consommation importante entraîne coliques et diarrhées ainsi que le risque d'intoxication par les oxalates contenues dans le fruit. Eviter sa consommation aux insuffisants rénaux et aux dialysés. 

     

    J'ai appris à débroussailler les terrains en friche!

    Au coutelas et à la faucille, mon père m'avait appris à les utiliser et j'ai participé à la fabrication du charbon de bois que mon père recouvrait d'un énorme dôme de terre.

     

    Je me suis imprégnée des odeurs de cette nature!

    Dont deux odeurs qui particulièrement m'attiraient.

    En premier lieu, l'odeur des feuilles et baie du bois d'inde qui donnent ce goût spécial au boudin créole.

     

    Bois d'Inde

    Bois d'Inde

    (Pimenta racemosa) 

    Usité des feuilles: rhumatismes, contusions, états grippaux, douleurs dentaires, céphalées, fabrication d'une lotion rafraîchissante "Bayrum" distilée dans le rhum contre fatigue, douleur et maux de tête

    Graines: stimulant 

     

    En second lieu, l'odeur du cannellier sur lequel nous détachions l'écorce de l'arbre qui sec s'enroulait pour devenir le bâton de cannelle. Ma mère nous concoctait une tisane légère et aromatique avec les feuilles de cannelle lorsque nous étions enrhumés.

     

    Feuilles de cannelle

    Feuilles de cannelle

    (Cinnamomum verum)

    Usité de l'écorce: digestion, affections gastro-intestinales, états grippaux, règles douloureuses, nausée, protection cardiaque et hépatique

     

    Je me vois encore me balancer à leur branche!

    Et apprécier leur doux parfum qui m'embaumait de toute part. Ces odeurs et leur chaleur restent gravées dans ma mémoire. 

     

    J'étais fascinée par la beauté d'une liane.

    Mais laquelle, il y en avait pléthore dans la forêt?

    Celle qui serpentait à la lisière de forêt, une liane portant de longues grappes de grains verts, cette liane était en fait, un poivrier.

    (Piper nigrum

    Le poivre est un excellant tonique et stimulant de l'appareil digestif et possède des vertus amaigrissantes.

    Mais ne doit pas être consommé en excès car peut provoquer des convulsions et présence de sang dans les urines, surtout chez les personnes souffrant de troubles hépatiques, intestinaux et d'hémorroïdes 

     

    Sur une autre liane poussait un drôle de légume aussi extraordinaire que son nom: "coco bourik" en Créole, traduction "testicules de mulet" en Français, effectivement cela y ressemble !

    Normalement toutes les autres variétés d'ignames se récoltent dans la terre mais pas celle-ci qui donne des petits tubercules aériens au goût particulièrement affirmé.

    Si vous désirez connaître la p'tite histoire du coco bourik appelé "Pomme en l'air" rendez-vous page 16 de ce pdf sur les ignames.

     

    Coco bourik

     Coco bourik

    (Dioscorea bulbifera)

     

    Et le cacao, mon père en cultivait!

    La pulpe du cacao est bonne à manger mais s'oxyde très vite. Le must provient assurément du résultat de la transformation de la fève de cacao en bâton pur cacao et de la préparation du succulent chocolat onctueux de fête préparé par ma mère.  

    Je me souviens que ma mère en faisait profiter à ses élèves dans le cadre d'une leçon de chose sur le thème du cacao et chocolat de fêtes.

     

    Cacao

     Cacaoyer

    (Theobroma cacao)

     

    Cacao

    cabosse de cacao ouverte

     

    Fève de cacao torréfiée

    Fève de cacao torréfiée

    Usité du chocolat:  stimulant nerveux, excitant de l'appétit

    Beurre de cacao: hydrate et adoucit la peau

    Feuilles, grains et fleurs: expectorant en cas de bronchite et toux

     

    Mon goût affirmé pour les épices!

    Je pense que mon goût pour tous ces épices s'est développé et intensifié à cette période là de mon enfance.

     

    L'eau de coco sous la chaleur moite!

    Etait plus que bienvenue (Cocos nucifera). Je me délectais ensuite du "nan nan", cette pulpe blanche gélatineuse de la jeune noix de coco, ce merveilleux nectars que je m'empressais d'engloutir goulûment à l'aide de la cuillère que mon père coupait sur une partie de l'épiderme lisse du coco. 

     

    Le coco dès lors, est devenu mon fruit préféré!

    Je continue à le consommer et à l'apprécier. Je ne peux me passer du coco tant en huile pour mon corps qu'en paillette nourricière lors de mon petit déjeuner, qu'en lait aromatique de mes mets. Le coco est riche d'une multitude de facettes.

     

    Cocotier

    Coco

    (Cocos nucifera)

    Usité de l'eau de coco vert de préférence, et racines: rafraîchissante, reminéralisante, tonique, diabète, cholestérol, rétention urinaire, hypertension artérielle

    Huile de coco voie interne: grippe, toux, asthme

    Huile de coco voie externe: brûlures superficielles, furoncles, soins de la peau et des cheveux, massages

    friture, meilleure résistance aux hautes températures

      

    Corossol

    L'intérieur du corossol d'un blanc immaculé et crémeux m'époustouflait, ma mère mixait cette merveilleuse pulpe en un délicieux jus de corossol. Elle ajoutait à ce nectar virginal du lait, pour qu'il soit plus crémeux... notre milk-shake créole.

    Je ne vous dis pas l'effet laxatif de ce mélange, mais mon Dieu qu'est ce qu'on se régalait!

     Corossol

    (Annona muricata)

    Usité des feuilles: nervosité, spasme gastro-intestinaux, digestion, états grippaux, éruptions cutanées, hypertension artérielle

     

     

    Mandarine

    De même, je songe à son excellant jus de mandarine.

    Ma mère nous offrait une mandarine le premier jour de la nouvelle année en nous disant après l'avoir déguster tranche par tranche, de conserver précieusement les pépins qui portaient chance.

    (Citrus reticulata)

     

    Canne à sucre flèche

    Canne à sucre en flèche

    Sans conteste, la palme de mes jus préférés, je la décernais  au jus de canne à sucre adjoint à une pincée généreuse de jus de citron et cela perdure.

     

    Canne à sucre

    Canne à sucre

    (Saccharum officinarum)

    Usité jus de canne, racines: asthme, diurétique, calorique pour les sportifs

    Pommade à base de sucre de canne: action anti-inflammatoire, antibactérienne et détersive dans la cicatrisation des plaies du pied des diabétiques 

     

    Chemin faisant!

    J'aimais déguster la chair quoique pas très épaisse du fruit du caféier fraîchement tombé d'un très vieil arbre planté, me disait mon père, par mon arrière grand-père et ce, après l'avoir secoué énergiquement.

    Mes grand-parents torréfiaient les grains de café et les passaient dans leur vieux moulin mi-fer-mi-bois. J'appréciais l'odeur embaumante de leur café mais assurément mais aucunement le goût du café et cela perdure encore, l’amertume je n'en suis pas trop adepte, alors le café et moi, ça fait deux!  

     (Coffea arabica)

    Usité des feuilles en cataplasme: céphalées, courbatures, rhumatisme

    Grains torréfiés:  pneumopathie, asthme, nausées, vertiges, favorise la concentration intellectuelle

    Consommation à éviter en cas d'hypertension artérielle, gastrite chronique, hyperthyroïdisme

     

    Par contre, j'ai toujours apprécié les fruits âpres, acides!

     

    Goyave

    J'avais tendance à préférer les fruits non encore mûrs, la goyave, je la trouvais bien meilleure verte que jaune.

    (Psidium guayava)

    Usité des jeunes feuilles et bourgeons: diarrhées, démangeaisons cutanés, coupure, petites plaies, ampoules, nervosité

    Fruits et feuilles: propriétés antidiabétiques

     

    Je recherchais justement cette saveur particulière acidulée que je retrouvais dans le maracudja, le tamarin, la quénette, le citron vert-pays ou bien dans la surettte-cochon. Rien qu'en écrivant cela, l'eau me vient encore à la bouche!

     

    Maracudja

    Maracudja 

    (Passiflora edulis)

    Usité des feuilles: nervosité, plaies, brûlures légères

    Jus de fruit: hypotensif, sédatif, recommandé aux hypertendus légers

     

    Tamarin

    Tamarin 

    (Tamarindus indica)

    Usité de la pulpe de fruit: constipation, calculs urinaires

    Feuilles: troubles hépatiques

    Jus de fruit: rafraîchissante mais a prendre avec modération car laxative, hépatoprotecteur le jus prévient la gueule de bois 

     

    Quenette

    Quenette

    (Melicoccus bijugatus) 

     

    Citron

     Citron-pays

    (Citrus aurantifolia)

    Usité du fruit et des feuilles: Etats grippaux, rhumes, toux, maux de gorge, gingivite, artériosclérose, trouble de la circulation, troubles hépatiques, rhumatismes, goutte, plaies superficielles

       

    Surette-cochon

     Surette-cochon

    (Phyllantus acidus)

    Usité des feuilles et jus de fruits: régimes amaigrissant, traitement du diabète gras

    Fruit: confiture

     

    Les crab' et cribiche de la rivière Lézarde!

    Tout en me baignant à la rivière, j'ai aussi appris comment attraper les crabes et écrevisses sous les pierres. Ils avaient un goût spécial, un goût sucré sans pareil, un p'tit goût fruité.

     

    J'aidais mon père paysan!

    A planter puis récolter le toloman. Je trouvais cette plante magique, j'admirais ses magnifiques fleurs, mais étais surtout impressionnée par l'éclat de ses poupons scintillant au soleil.

     

    Toloman

     Toloman

     

    Mon père transformait le rhizome du toloman en "Farine de toloman"!

    Je l'aidais dans la fabrication de la farine de toloman qui consistait à extraire la fécule du rhizome en le grageant. A épurer cette fécule mainte et mainte fois à l'eau en la laissant reposer à chaque fois. En la mettant à sécher au soleil afin d'obtenir une farine de toloman d'un blanc immaculé, scintillante et lisse au toucher...

    ultra plaisir des mains, ultra plaisir des yeux! 

     

    Nous dégustions cette fécule de toloman sous forme de crème au lait avec une pointe de cannelle, vanille et muscade, sucre de canne, hum... un vrai régal!

    Mes grand parents, eux, la dégustait chaque matin cuite à l'eau sucré, le toloman prenait une texture gélatineuse transparente et glissante que j'observais avec fascination tout en pensant :

    merveille de dame nature!

     

    Toloman

     

    Fleur du toloman (Canna indica ou Canna edulis)

    Usité de la farine de toloman: introduite dans l'alimentation du nourrisson dès l'âge de 2 mois et demi pour le réhydrater en cas de diarrhée modérée et en cas d'intolérance au gluten et est tout aussi utile pour les personnes âgées et convalescentes.

    En usage traditionnelle, la farine de toloman diluée dans une verre d'eau est rafraîchissante

    Feuilles écrasées sur le front: permettent de lutter contre les céphalées

    Racine: la décoction de racine est vermifuge

     

    En parlant de muscade!

    J'ai toujours admiré la beauté de la coque de la noix de muscade que je ramassais sous un vieux muscadier chez mes grand-parents, lui aussi a eu le privilège de connaître mes arrières grand-parents. 

     

    Dans mon esprit d'enfant, la noix de muscade faisait un voyage imaginaire avant de se retrouver dans les p'tits gâteaux de ma mère ou dans son chocolat chaud!

     

    Le fruit d'un jaune pâle s'ouvrait peu à peu sous l'oeil protecteur de sa branche, sur un trésor couronné d'une capsule rouge (macis).

    Ce macis protégeait jalousement sa noix en l'entrelaçant tendrement tout en la conservant dans une coque marquée du sceau de son filament rouge.

    Ce macis nous donnait alors l'autorisation d'utiliser sa précieuse noix que par parcimonie, sous peine d'être foudroyer par gourmandise.

     

    Qu'en à la vanille!

    Elle serpentait sur son support en laissant balancer ses gousses qui fléchaient vers la terre qui l'a vue naître.

    (Myristica fragrans)

    Usité de la noix et du macis: digestion, stimule l'organisme en cas de fatigue physique et intellectuelle

    Ne pas l'employer à forte dose par voie interne

     

     

    Fort de ce bagage, il s'est forgé en moi le désir!

    D'entamer des études agricoles à la Martinique, en BEP polyculture-élevage puis en BTA productions et de poursuivre en BTSA productions animales en Touraine.

     

    Mes plus beaux souvenirs d'études furent ces années aux lycées agricoles où je me suis enrichies intellectuellement ainsi qu'en rencontres ponctuées d'amour et d'amitié que je qualifierai "d'Amourtié".

     

    J'ai toujours conservé contact avec ces personnes du milieu agricole qui se reconnaîtront en lisant cet article, personnes qui restent chères à mon coeur!  

     

    S'est aussi forgé en moi le désir!

    De continuer dans cette voie toute tracée, tournée vers les légumes cette fois-ci tout en restant en adéquation avec mes convictions relatives à la santé liée à la nature.

    J'ai donc choisi le maraîchage bio!

    Je vous conte les étapes de mon installation à Bio Ti Lande dans cet article qui lui ai consacrée "Mon installation en maraîchage bio"

      Index   

     

     

    Changement de vie

    Un premier changement de vie s'est opéré en 2003, quand j'ai émis le souhait de partager avec ma p'tite famille tout ce dont j'avais vaincu à la Martinique.

     

    Bien que nous y allions tous les ans en vacances, les sensations de vacanciers n'étaient aucunement semblables à celles ressentis par les autochtones.

     

    Nous avons alors décidé conjointement de partir nous installer à la Martinique quand nos enfants étaient encore jeunes (1 an et demi et 4 ans et demi) pour premièrement, nous rapprocher de mes parents et deuxièmement faire vivre à nos filles et à mon conjoint cette vie trépignante que j'avais connue jusqu'à ma vie d'étudiante en France métropolitaine.

     

    En parler c'est bien mais le vivre c'est forcément mieux! 

     

    Nos filles nous narrent souvent leurs souvenirs marquants de leurs jeunes âges à la Martinique. Dès lors, nous constatons que nous avions fait le bon choix de changer de vie quand elles étaient encore petites. 

    Les doux souvenirs de leur enfances à la Martinique sont encrés.

     

    Puis un second changement a vu le jour quand nos filles entraient dans l’adolescence en décembre 2011.

    Nous avons conjointement pris le décision de repartir en France métropolitaine en emportant dans nos bagages nos merveilleux souvenirs de notre vie à la Martinique mais surtout nos projets respectifs.

     

    Le projet de mon conjoint Mikka étant la création d'un groupe de musiciens dans la mouvance blues, jazz, soul, rhythm 'n' blues... "The Souledgers" et pour moi une installation en maraîchage bio "Bio Ti Lande".

     

    Famille 2011 Bonne année 2014

    Mayoo, Jacky, Mikka, Roz 

      Index 

     

      

    Cit'action

               "Vivez les rêves que la vie vous défie de rêver" 

                                            Martin Luther King

     Index  

     

     

    Hit the road Jack

    magnifiquement interprétée par Ray Charles   

      

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    anne cluzeau
    Mardi 7 Janvier 2014 à 10:32

    merci de nous plonger dans ton univers de rêves et de nous faire partager la poésie de ta vie! ton courage reste admirable 

    2
    Mardi 7 Janvier 2014 à 20:54

    De tout coeur Anne, je te remercie pour ta confiance maintes fois renouvelée. A tantôt à l'Amap. Jacky 

    3
    Agodor
    Samedi 13 Décembre 2014 à 23:09

    C'est que du bonheur, les souvenirs me submergent. C'est magnifique . Merci de m'avoir revivre ces moments délicieux de mon enfance'

    4
    Dimanche 14 Décembre 2014 à 21:47

    Bonjour et Merci Agodor, un grand sourire est apparu sur mes lèvres à la lecture de vos mots, tout le plaisir est pour moi! Bizzzz Jacky

    5
    Mathilde
    Jeudi 1er Janvier 2015 à 13:16

    Bonjour,


    Je viens de découvrir par hasard votre site et j'en suis très heureuse, car je suis aussi thalassémique mineur et j'ai été très anémiée à l'automne j'ai dû avoir recours à une perfusion pour m'en sortir. Votre site est une source d'informations précieuses! j'ai aussi vécu toute ma jeunesse aux Antilles et j'adore le boudin créole. Encore merci à vous et je vous souhaite une très belle année 2015.


    Bien cordialement,


    Au plaisir de vous lire,


    Mathilde


     

    6
    Lundi 5 Janvier 2015 à 23:33

    Bonjour Mathilde et merci pour vos bons vœux, je vous souhaite en retour une bien belle et meilleure année 2015 scintillante d'amour, d'amitié et de sagesse.

    Tiens, nous avons des points communs, le boudin créole. Ce met m'attire, je crois que le mélange des épices savamment associé lui donne un charme gustatif unique. 

    Mes années d'enfance et d'adolescence aux Antilles ont enracinées en moi une culture imagée multiple et florissante. La luxuriance de la nature amenant aux rêves, associée à la langue créole toute aussi métaphorique y sont sûrement pour quelque chose! Tiébé red pa moli! Bizzz Jacky

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :