• Histoire d'un jeûne et d'une flore intestinale!

     

     

    Préambule:

    Cet article n'a qu'un but, vous donner des pistes à réflexion, il ne tient qu'à vous d'en faire la part des choses! 

     

    Je ne suis ni médecin ni dans l'ordre médical et donc ne peux pas répondre à des messages qui relèvent de cet ordre.

     

    J'ai essayé tout en juxtaposant mon vécu, de relater ma réflexion, l'approfondissement de ma compréhension relative au jeûne et à la flore intestinale et ce, grâce aux vidéos et autres articles exposés dans ces textes. 

     

    Par conséquent, je n'ai pas la prétention de tout comprendre mais espère que ces quelques mots sauront vous sensibiliser à changer votre vision vers une alimentation saine et respectueuse de votre environnement, étant donné que nous ne faisons qu'un avec chaque élément vivant ou non vivant qui nous entoure. 

     

     

    N'oublions pas que les plantes, algues et cyanobactéries, nous fournissent l'oxygène dont nous avons besoin pour vivre, en prélevant l'eau (H2O) et captant le CO2 de l'air, conservant la partie carbone (C), rejetant la partie oxygène (O2), lors de sa phase de photosynthèse oxygénique et ce grâce à l'énergie solaire!

     

    Sommes-nous capable d'en faire autant naturellement?

     Non!

     

    Donc n'affaiblissons pas ces merveilleux organismes photosynthétiques qui nous fournissent l'oxygène bienfaitrice, ne détruisons pas notre biotope, c'est justement là, le message des Amérindiens Kogis!

     

    Prenons nos responsabilités, c'est le message que Gilles Lartigot désire nous faire passer dans son livre "EAT "Chronique d'un fauve dans la jungle alimentaire"

     

    La perte de la biodiversité de la nature impacte sensiblement la biodiversité de notre flore intestinale, or c'est bien cette diversité qui prime, pilier de notre santé ("poto mitan" comme on le dit en créole = la pierre d'angle) et donc l'avenir de l'être humain.

     

    Nous sommes incapable de vivre correctement sans notre microbiote diversifié (bactéries principalement mais aussi champignons et virus...).

     

    L'air que nous respirons, la terre que nous touchons, l'eau que nous buvons et avec laquelle nous nous lavons, font partie de notre écosystème, de cet ensemble que constitue notre microbiome.

     

    De même, notre corps est un écosystème où bactéries, champignons, virus ect, vivent ensemble et en harmonie dans notre biotop microbiome qui nous est propre.

     

    Les chercheurs précisent que l'homme est un tout équilibré et harmonieux composé par la symbiose de 90% de cellules microbiennes et seulement 10% de cellules humaines.

     

    Vrai ou pas vrai, qu'importe!

     

    A mon sens, la seule question qui a son importance est la suivante :

     

    "Comment nourrir sainement toutes ces cellules qui me composent humainement sans omettre l’existence de celles qui vivent à travers moi régissant mon bien-être aussi bien physique que moral?"

     

     

    Index

     

     

     

     

     

     

    Microbiote

     

    Tous ces êtes microscopiques tapissent l'ensemble de nos muqueuses, les bonnes souches activent nos défenses immunes tandis que d'autres les inhibent. Mais il arrive qu'en cas de dysfonctionnement, de souches jusqu'alors inoffensives deviennent nuisibles.

     

    Où qu'elle loge dans notre corps, toute cette flore entre en permanence corrélation et de même, interagit instantanément avec nous.

     

    Il a été découvert par exemple que sous la régie de la flore intestinale, la flore pulmonaire communiquent avec celle-ci, lui permettant d'activer une réponse immunitaire face aux désordres physiologiques qu'elle peut-être amenée à rencontrer.

     

     

    Notre retrouvons notre microbiote à tous les étages, il est présent au niveau de,

     

     - nos yeux, notre microbiote oculaire nous aide à améliorer notre vision, il est donc préconisé de faire attention aux lentilles de contact qui peuvent créer un déséquilibre de cette flore,

     

    - nos oreilles, notre microbiote auriculaire se situant au niveau du conduit auditif externe, empêche la prolifération d'une flore exogène, elle même limitée par le cérumen,

     

    - notre bouche, gorge jusqu'à notre gros intestin où il se retrouve en nombre. Notre microbiote intestinal (dont 90% sont anaérobies stricts) est utile à la protection de notre parois intestinale, à notre péristaltisme (permettant une progression et régulation de notre bol alimentaire), à la digestion des aliments que nous ne sommes pas capable de digérer, à la synthèse de vitamines et autres métabolites, à la désintoxication, régule les poussées inflammatoires, les ballonnements, booste notre immunité, la reconnaissance du non soi, réduit les problèmes liés à l'insuffisance cardiaque, ainsi que la venue des tumeurs, l'arthrite, les rhumatismes, la fibromyalgie,

     

    - notre nez jusqu'à nos poumons, notre microbiote pulmonaire est actif dans notre processus respiratoire. La pollution et le tabagisme provoquent l'appauvrissement de cette flore, activant la destruction de nos défenses pulmonaires, ouvrant la voie aux allergies respiratoires telles que l’asthme et le rhume des foins, les bronchites, bronchiolites, mucoviscidose, 

     

    - notre peau, notre microbiote cutané fait barrière en limitant la prolifération de souches néfastes, nous aide à éliminer les peaux mortes et les toxines contribuant à conserver une peau saine et belle sans boutons d'acné ni d'eczéma ou autres problèmes cutanés,

     

    - notre vagin, notre microbiote vaginale tapisse notre vagin d'un film bio protecteur et limite les problèmes vaginaux. Néanmoins il peut être détérioré entre autre par les contraceptifs.  Il joue un rôle important dans notre capacité à procréer dans de bonnes conditions,

     

    - notre vessie, notre microbiote urinaire permet d'éviter les problèmes urinaire. Il protège de la cystite, de la prostate, participe à l'élimination des toxines. Certains chercheurs pensent même que des microorganismes indésirables peuvent interagir sur nos muscles et provoquer l'incontinence urinaire.

     

    Vous aurez bien plus de précisions schématiques dans l'exposé suivant sur les différents microbiotes, son acquisition, sa composition et son évolution au fil de l'âge.

    Ainsi que sur les quatre fonctions majeurs du microbiote intestinale relative à la fonction physiologie, la fonction digestif et nutritive, la fonction immunitaire, la fonction protectrice contre les pathogènes et la relation hôte-microbote :

    « De la microflore au microbiote.pdf »

     

     

    Ne creusons pas peu à peu notre propre tombe ni celle de nos descendants en faisant fi de l'existence de la diversité de notre microbiote et de ces fabuleuses capacités!

     

    Le reportage "Le microbiote" montre clairement comment s'installe notre flore à la naissance, les conséquences sur notre future vie ainsi que les effets d'une alimentation saine et équilibrée ou bien d'une alimentation trop riche en graisse et sucre et déséquilibrée.

     

     

    Le microbiote

     

     

    La lecture d'un instructif livre sur le jeûne "L'art de jeuner pdf"  

    de  Françoise Wilhelmi de Toledo,

    a fait resurgir des souvenirs d'enfances de purge pas très agréables, mais plutôt franchement et totalement déplaisant pour mes papilles (que je relaterais plus bas) et pourtant! 

     

    En débutant cet article sur la purge de mon enfance et le jeûne intermittent que je pratique,

    m'est venu automatiquement la notion de l'empreinte de notre flore intestinale sur notre santé.

    Ainsi naturellement le titre "Histoire d'un jeûne et d'une flore intestinale" m'a semblé judicieux!

     

     

    Pour pouvoir comprendre ce qu'il en est, remontons le cours de notre vie!

     

    A notre naissance, nous recevons de notre mère,

    un ensemble complet d'une flore intestinale appelée "microbiote", très bonne chose en cas de naissance par voie normale basse,

    mais à contrario en cas de césarienne, nous ne recevons que la flore présente sur la peau de notre mère et dans la salle, ce qui peut affecter précisent les chercheurs, nos chances de santé à long terme.

     

    La façon d'accoucher de notre mère interfère donc sur notre microbiote comme nous l'avons préalablement vu sur la vidéo "Le microbiote".

     

     

    Microbirth

     

    l'extrait du documentaire "Microbirth" laisse entrevoir une cause commune aux désordres et maladies.

     

    Le film documentaire Microbirth fait ressortir je cite :

    "Cette nouvelle science commence à indiquer que l'utilisation de l'ocytocine synthétique (pour induire ou accélérer le travail), les antibiotiques, la césarienne, la séparation de routine de la mère et le bébé immédiatement après la naissance et l'allaitement artificiel,

     

    pourraient augmenter de manière significative le risque de nos enfants en développement de maladies graves tard dans leur vie... 

     

    ... Comme les maladies non transmissibles comprennent les maladies cardiovasculaires, les maladies respiratoires chroniques, le cancer, le diabète et la santé mentale"...

     

     

    Notre microbiome est en pleine évolution mais malheureusement dans le mauvais sens et par conséquence notre héritage microbien commence fortement à se dégrader.

     

    Notre biodiversité intestinale qui drastiquement diminue, limite notre système immunitaire, impactant l'avenir de l'humanité.

     

    Or nous ne pouvons pas modifier notre flore intestinale, car ce qui est acquis à la naissance est acquis, nous ne pouvons qu’agir sur le maintien de son équilibre.

     

    Qu'est-ce qu'un microbiome?

    "Le microbiome (du grec micro = petit et bios = vie) est l'« aire biotique » (aire de vie) du microbiote...

    Le microbiome est l'expression des conditions écologiques de ces milieux (température, pH, teneurs hormonales, en graisses, en protéines, etc. exposition aux UV, absence de lumière, type de muqueuse, etc.),

    conditions auxquelles vont répondre les communautés microbiennes en cause, individuellement et/ou collectivement,

    et qu'elles peuvent modifier ou entretenir à court et moyens termes, mais aussi sur le long terme,

    c'est-à-dire celui de l'évolution, ou plus précisément de la coévolution du microbiote avec ses hôtes". (Wikipédia)

     

    Qu'est-ce qu'un microbiote?

    "Le microbiote est l'ensemble des micro-organismes (bactéries, levures, champignons, virus) vivant dans un environnement spécifique (appelé microbiome).

    Par exemple, le microbiote intestinal, anciennement appelé flore intestinale, constitue l'ensemble des microorganismes vivant dans l'intestin (environ 100 000 milliards, soit au moins deux fois plus que le nombre moyen de cellules de l'organisme)". (Wikipédia)

     

     

    Ce bel héritage de notre mère, qui elle-même l'a reçu de ses ancêtres, s'installe dans notre système digestif en toute harmonie symbiotique, dans le cas où l'accouchement se déroule le plus naturellement possible et que cette microbiote transmise est en équilibre.

     

     

    Juste un aparté!

    En parallèle, cela me fait drôlement penser aux associations symbiotiques entre plantes et champignons (mycorhize) et entre plantes et bactéries (rhizobium).

     

    Pour les scientifiques, "le sol est semblable à un gros intestin à ciel ouvert" dans lequel les déchets sont compostés par les micro-organismes afin d'apporter des nutriments à la plante qui sans la présence de ceux-ci serait incapable de dégrader les aliments.

     

    Nous pouvons tout aussi dire que notre ventre est semblable à une terre fertile qui comme celle-ci, est amené à composter notre nourriture par les micro-organismes qu'il loge, afin de nous permettre d'assimiler les nutriments.

     

    Bref nous sommes semblable à la nature qui nous environne ni plus ni moins et non pas une entité à part, nous sommes la nature, nous sommes des êtes symbiotiques et consensuels!

     

     

    Reprenons le fils de nos idées!

    Comme nous l'avons appris, un des rôles de notre microbiote est de nous aider à digérer au mieux notre nourriture tout en protégeant notre paroi intestinale et donc toutes les cellules qui la tapissent, nos cellules nerveuses en font partie (c'est effectivement le cas tant que notre flore intestinale reste équilibrée).

     

    Les chercheurs ont déterminé l'entérotype du microbiote (signature bactérienne intestinale) et le décompose en trois types de bactéries dont leur présence ou absence est tributaire de notre préférence alimentaire.

     

    Une flore diversifiée et équilibrée est principalement composée de l'ensemble de ces trois types suivants :

     

    "Rumnicoccus", elle se développe chez les individus consommant de l'alcool et les huiles végétales.

     

    Tandis que les individus consommant des aliments riches en protéines animales et graisses animales favorisent le groupe des "Bacteroides".

    Le docteur Philippe Flevet explique sur la page de son site que la présence en nombre de Bacteroides endommage notre ADN, est propice au développement du cancer du colon,  du cancer du foie par les sulfites ou l'acide désoxycholique. De même, il précise que le gaz sulfure d'hydrogène que produit ces bactéries favorise les maladies inflammatoires de l'intestin.

      

    Les individus préférant une alimentation composée de fruits et légumes riches en glucides (sucres) ont en prédominance le type "Prevotella".

     

    Un régime alimentaire déséquilibré favorise une certaine flore au détriment d'une autre. C'est ainsi que chez les individus diabétiques de type 2 prédomine "Prevotella copri et Bacteroides vulgatus" qui favorisent la résistance à l’insuline et augmentent la quantité de BCAA (taux élevés d’acides aminés branchés) dans le sang comme indiqué sur cet article du pdf  intitulé :

    « Diabète quand le microbiote fait de la résistance à l'insuline.pdf »

     

    Notre flore intestinale influence notre comportement social, notre timidité ou notre opiniâtreté ou au contraire notre prudence ou nos imprudences, nous le verrons sur les vidéos suivantes!

     Index

     

     

     

    Notre première nourriture 

     

    Prenons le cas où,

    nous ne recevons pas une nourriture saine faite du colostrum, suivie du lait maternelle riche en oligosaccharides propices au développement de souches bactériennes utiles mais,

    sommes nourris d'un lait chargé de toxines, d'antibiotiques et autres mixtures d'une agriculture non respectueuse de l'environnement...,

     

    le processus d'installation de la totalité de notre flore héritée et acquise, (nous n'aurons pas la possibilité d'en avoir une autre) est alors compromis!

     

    Il s'installe un déséquilibre, des germes pullulent dangereusement et dominent les autres au détriment d'une flore équilibrée en harmonie avec notre bien-être.  

     

    Puis durant les premières années de sa vie le déséquilibre peut-être accentué par la prise de médicaments (les antibiotiques par exemple), une alimentation pas assez équilibrée et diversifiée, l'environnement, ect...

     

    La diversité du microbiote varie alors, pouvant entraîner des maladies inflammations et infectieuses ainsi que des tendances aux allergies et à l'asthme. 

     

    Nous approfondirons au fil de la lecture les conséquences!

       Index

     

     

     

    Au tout début de notre vie

     

    Remontons au tout début de notre vie quand nous étions bien au chaud dans le ventre de notre mère.

     

    Les cellules nerveuses de notre système nerveux central ont migré pour s'installer dans notre ventre.

     

    Ce deuxième cerveau, c'est ainsi que les chercheurs le nomme, est le système nerveux entérique (intestinal), étroitement relié à notre système nerveux central. 

     

    Notre système digestif est donc tapissé,

    d'une immense toile de cellules nerveuses (neurones) originaire de notre système nerveux central.  

     

    Les cent mille milliards de bactéries (plus de 4000 souches différentes) et les deux cent millions de neurones tapissant la paroi de notre intestin, influencent notre personnalité disent les chercheurs,

     

    nous devenons soit timide ou prudent ou bien téméraire, soit créateur ou oisif, soit joyeux ou grognon ou même déprimé ect...

     

    Les personnes surjettent à des troubles de l'humeur devrait se poser la question sur la qualité de leur alimentation.

     

     

    En gros, notre système digestif interagit avec notre cerveau et gouverne,

     

    "notre système immunitaire (80% de nos cellules du système immunitaire sont concentrées dans notre système digestif),

     

    nos émotions et humeurs (95 % des cellules nerveuses de système digestif produisent la sérotonine (l'hormone de notre état-d’âme), un neurotransmetteur excitateur ou inhibiteur selon le récepteur, régissant notre bonne ou mauvaise humeur en complète interaction avec notre cerveau".

     

    Il va sans dire, qu'un stress, un choc émotionnel et une mauvaise alimentation riche en gras, sucre, sel, chargée de pesticides ainsi que des prises de médicaments pharmaceutiques, d'antibiotique, d'hormones (pilules) etc, créent,

     

    un déséquilibre de la flore intestinale,

     

    il s'en suit,

     

    des lésions dans ce système nerveux du ventre,

     

    et, tous les risques qui en découlent comme l'obésité, maladies inflammatoires, diabète, allergies, cycle infernal de stress causant anxiété et dépression, alcoolisme...

     

    et pourrait même être,

     

    une des causes de maladies neurodégénératives (parkinson, alzheimer) pensent les chercheurs.... 

     

    Voyez plutôt :

     


    Le ventre: notre deuxième cerveau documentaire Arte

     

     

    Vous trouverez de belles explications relatives au rôle du système nerveux entérite sur la gestion des émotions sur ce pdf intitulé :

    "Le système nerveux entérique ou deuxième cerveau- le ventre pdf", par Isabelle Simonetto, Dr en Neurosciences

     

     

    Normalement lorsque le système digestif fonctionne correctement chez une personne en bonne santé, les bactéries se trouvant dans la bouche sont éliminées par la salive, les sucs digestifs ou la bile et ne viennent pas perturber l'équilibre de la flore intestinale qui elle-même auto-régule grâce à la sécrétion de peptides antimicrobiens.

     

     

    Or les scientifiques ont relevé un taux bactérien semblable à celui se trouvant dans la bouche, dans les intestins des personnes malades ayant par exemple de la cirrhose du foie, la maladie de Crohn, le cancers de l'intestin...

     

    Mais, laissons ces informations de côté pour le moment et retournons en arrière, revenons sur la purge de mon enfance! 

      Index

     

     

     

    La purge de mon enfance

     

    Depuis ma prime enfance,

    ma mère nous imposait, mes sœurs, mon frère et moi, en un éternel recommencement, chaque fin de grandes vacances scolaires... une purge!

     

    Durant 4 jours,  nous devions :

     

    J 1 à 3: jours des tisanes dépuratives 

    en lieu et place d'une eau salvatrice et rafraîchissante sous le soleil des tropiques,

    nous devions boire uniquement une tisane de plantes à base de pourpier (Portulaca oleracea), balai doux (Scoparia dulcis), et ce durant toute la journée.

    Cependant, nous continuons, à savourer ses bons p'tits plats antillais... un grand soulagement!

     

     

    J4: jour de la purge 

    nous devions avaler tôt à notre réveil,

    une cuillerée à café d'un produit laxatif que ma mère achetait en pharmacie, à l'infect goût concentré de citron, anisé & co, suivie d'une bonne et plus que bienvenue et vivifiante soupe z'habitant ...,

    elle nous aidant grandement à oublier cet infect goût.

     

    Nous n'avions droit durant ce dernier jour de grande élimination,

    ni de regarder la télé (pas de problème je n'étais pas adepte), ni de gambader dans la nature (tâche non aisée), ni de lire (quelle sentence!),

    nous devions seulement nous reposer et souvent courir honorer le trône!

     

     

    Toutes les fois que la soif nous prenait,

    nous devions ingurgiter une tisane de thé pays (Capraria biflora), toujours en lieu et place de l'eau, bien entendu! 

     

    Je crois que c'est la cause de ma,

    non-appréciation-à-sa-juste-valeur,

    des thés, tisanes, café et autres infusions de tous genres!

     

    Ce cocktail avait cette capacité de nous faire aller durant toute la journée aux toilettes, (fort heureusement il y avait 3 wc à la maison),

    nous n'avions jamais autant honoré les toilettes qu'à cette période de l'année, un vrai trône sur lequel nous aimions nous attarder,

    quel soulagement! 

      Index

     

     

     

    La purge, une tradition Antillaise

     

    Après avoir interrogé ma mère sur le pourquoi du comment d'un tel traitement,

    il s'avère que la tradition de la purge était de mise aux Antilles et donc dans sa propre famille..., 

    elle aussi est passée par là!

     

     

    Elle m'a aussi soufflé mot que ma grand-mère "Olivia" (nous l'appelions affectueusement "maman Livia") mélangeait un sel dans de l'eau.

    Un sel?

    Oui un sel me dit-elle!

    Un sel qu'elle m'indiquait comme étant nommé "Sel de médecin".

     

    Après recherche sur le net, 

    ce sel était en fait, le "Sel d’Epsom" aux propriétés laxatives naturelles, mais vous verrez que ce sel cache bien d'autres propriétés édifiantes.

     

     

    Ma mère m'a aussi indiquée que l'huile de ricin,

    était employée comme laxatif durant son enfance, néanmoins cette huile à usage interne est maintenant déconseillée car trop purgative.

     

    Toutefois, l'huile de ricin a des qualités incontestables en usage externe sur la peau, les ongles et le cuir chevelu.

     

    Un p'tit aparté sur l'huile de ricin et la purification de la peau.

    Vous pouvez enduire votre visage d'huile de ricin le soir avant de vous coucher.

    Cette huile a la capacité de capter toutes les toxines du corps.

    Puis le matin venu, il vous suffit de vous laver le visage, pour ôter l'huile de ricin chargée des toxines accumulées durant la nuit, vous verrez,

    votre visage ressortira tout épuré et lumineux! 

      Index

     

     

     

    Bienfaits de la purge de mon enfance

     

    Je reprends le fils de mes idées sur cette purge!

     

    Grâce à cette purge annuelle traditionnelle,

    il s'est avéré que durant notre adolescence, nous n'avions, mes sœurs, mon frère et moi, aucuns boutons d'acné sur la peau et n'étions aucunement sujet aux allergies et cela perdure jusqu'à ce jour.

     

    De ce fait, je me rends compte que ces purges que nous trouvions infectes, 

    avaient l'avantage de mettre nos intestins en repos,

    nous étaient salutaires par son effet de désintoxication,

    nos intestins étaient remis à neuf, de nouvelles et jeunes cellules prenant la place de cellules usagées éliminées par la purge. 

    De plus, nos défenses immunitaires s'en trouvaient toutes aussi renforcées.

      Index

     

     

     

    Mon jeûne intermittent

     

    Bien que je ne remette pas en cause des bienfaits des purges de ma mère, je n'ai pas pu perpétuer cette tradition ancestrale à ma progéniture de cette façon-là!

     

    Je crois que les arrières goûts des tisanes et surtout de la mixture laxative de la pharmacie ont la vie dure dans ma mémoire!

     

    Néanmoins, j'utilisais souvent quand j'habitais à la Martinique, des tisanes en cure drainante de,

    moustache de chat (Orthosiphon aristatus) Babin'chat en créole.

    Le goût de cette tisane étant doux, c'est la seule qui ne m’écœurait pas de ce fait, je chouchoutais cette plante bienfaitrice dans mon jardin.

     

    En passant, l'orthosiphon a aussi des vertus pour l'élimination des mauvaises graisses, effets amaigrissement garanties.  

     

    Attendez-vous donc à aller honorer les toilettes pour des pauses pipi comme au bon vieux temps de votre grossesse mesdames!

     

    Un p'tit aparté  sur la culture de l'orthosiphon:

    Je vous propose de prendre connaissance de l'expérience de production biologique d'orthosiphon à la Martinique de Jean-Louis LONGUEFOSSE (pharmacien, Karaïbio).

    "Expérience de production biologique d'orthosiphon à la Martinique pdf"

     

     

    J'utilisais aussi le lait de coco, effet laxatif garantie ainsi que la bonne eau de coco rafraîchissante, effet élimination garantie (effets positifs sur les douleurs et autres problèmes urinaires), encore des "pauses pipi" en perspective. 

     

     

    A l'heure actuelle, dans le même esprit de la purge de ma mère,

    je pratique souvent le jeûne intermittent pour augmenter l'effet élimination de mon corps.

     

    nota bene :

    Si vous avez des problèmes médicaux, je vous incite fortement à vous référer et vous faire suivre, avant d'entamer un jeûne, par des personnes habilitées à vous fournir des conseils médicaux précieux.

     

     

    Ce jeûne intermittent m'est venu naturellement, néanmoins mon vécu familiale puis mes lectures sur une alimentation saine ont certainement amorcés ce besoin. 

     

    Primo, mon père (paysan à la retraite) avait l'habitude de prendre 2 repas par jour, un petit déjeuner copieux et un second repas à la fin de son travail vers 16h.

      

    Il n'avait qu'une boisson, de l'eau et/ou de l'eau de coco fraîchement coupé à même l'arbre.

     

    On transpire énormément aux Antilles avec la chaleur de la forêt tropical, mon père travaillait un terrain familiale au Gros-Morne (partie tropicale humide), de ce fait il transpirait et se désintoxiquait le corps en faisant ce jeûne d'environ 8h cumulés avec le travail, en pleine phase d'élimination.

     

     

    Secundo, les dires Geneviève Dormoy (hommage à cette grande dame!) et Patricia Ruelens expliquant dans leur livre "Et si la santé c'était naturel", que le cycle physiologique de l'organisme est le suivant : 

     

    de 4 h du matin à midi, le corps est en phase d'élimination

    de midi à 20 h, le corps est en phase de digestion

    de 20 h à 4 heure du matin le corps est en phase d'assimilation

     

    Je pratique ce jeune souvent le weekend (devenu une routine d’ailleurs!),

    en prenant que 2 repas durant la journée, cette pratique me convient parfaitement par rapport au jeûne stricte à l'eau.

     

    Je me passe du petit déjeuner et ne prends mon premier repas qu'à partir de midi, puis le second avant 18h (environ 3 h avant d'aller dormir), comme préconisé dans le livre.

     

    Ce type de jeûne est plus facile et pratique pour moi car je n'ai ni la sensation d'avoir faim, ni de gaz dans le ventre, je me sens légère et pleine de vitalité.

    Cela a pour effet d'améliorer la phase d'élimination entre 4h et midi.

     

    Elles préconisent de ne pas oublier toutefois,

    de boire énormément (1 litre et demi par jour, en effet notre microbiote a besoin d'eau tout comme nos cellules) et de pratiquer un exercice physique et de prendre une p'tite douche afin d'éliminer les déchets accumulés sur la peau par la transpiration.

     

    Geneviève Dormoy et Patricia Ruelens précisent aussi que si vous vous abstenez à ne rien manger entre 18h et midi le lendemain,

    cela vous fait presqu'un équivalent de 18h de jeûne,

    donc perte de toxines assurés,

    perte de poids aussi,

    ou contrôle de son poids initial.

     

    Outre le weekend, il m'arrive de temps à autre (mais finalement au fil du temps c'est aussi devenu une routine!), durant ma semaine de travail de faire l'inverse,

     

    de prendre mon petit déjeuner composé de produits bio suivants riches en fibres (je me régale et mes micro-organismes aussi),

     

    un grand bol de flocons de 5 céréales (achetés en vrac), mélangés au sucre de canne complet,

     

    sans oublier d'ajouter (ça ne risque pas, je fais en sorte d'en avoir toujours en stock!),

    de la noix de coco rappée (la noix de coco rappée reste pour moi tant qu'un summum de gourmandise, qu'un délice riche en acide caprylique aux propriétés antifongiques),

     

    je mange tout ce mélange fibreux sec comme tel!

     

    puis je termine par un

    yaourt nature de vache ou brebis ou de chèvre de préférence,

     

    Et, il m'arrive d'ajouter (quand j'en ai) à mon mélange,

    de la farine de manioc, (j'aime sa saveur et son odeur, unique en son genre),

    noix de cajou (un autre délice plus ponctuel),

    cacahuète (niam niam, de bons souvenirs d'enfance!),

    des raisins secs, noisettes, amandes, graines de courges, graines de lin, graines de tournesol.

     

    Je suis très granivore dans l'âme!

     

    Je salive face à cet immense cocktail de plaisir gustatif!

     

    Après tout cela, dès la toute première heure de la journée, avant de me rendre au travail, il ne me reste plus qu'à,

     

    aller honorer les toilettes, bien sûr!

     

    Je tiens à préciser que systématiquement avant toutes choses à mon réveille et à jeûne,

    je réveille mon estomac, un grand verre d'eau ou d'eau tiède additionné d'un zeste de citron (quand j'en ai à disposition).

     

     

    Puis je me prépare à débuter une belle et grande journée de travaille sur ma parcelle maraîchère sans repas du midi et ne remange qu'à mon retour à la maison,

    soit l'équivalent à plus de 12 h de jeûne.

     

     

    Je ne me sens pas épuisée mais bien dans mon corps et pleine d'énergie et pourtant étant maraîchère, je fais un travail physique toute le long de la journée sans précipitation et à mon rythme. 

     

    C'est ma façon de faire mon jeûne (devenu pratiquement quotidien), je ne vous demandent aucunement de suivre mes indications à la lettre, ce ne sont que des exemples.

     

    D'autres me préconisent de me restaurer le matin et le midi et de sauter le repas du soir. Or, le repas du soir est pour nous un moment conviviale en famille, mes enfants étant à l'école, c'est notre moment, je nous vois mal sauter ce moment de partage. 

      Index

     

     

     

    Le jeûne thérapeutique 

     

    En visualisant cette vidéo sur le jeûne, vous en apprendrez de bien bonnes nouvelles pour le maintien ou le retour d'une meilleure santé.

    Le jeûne thérapeutique est pratiqué sous surveillance médicale.

     

     

    Le jeûne une nouvelle thérapie ? 

    documentaire Arte de Sylvie Gilman,

    tiré du livre de Thierry de Lestrade

     

     

    Je vous invite à,

    poursuivre votre quête sur les nombreux effets bénéfiques du jeûne sur l'organisme (dont sur le cancer), en parcourant l'article relatif au jeûne du "psychologies magazine" d'octobre 2013 : Le jeûne une médecine d'avenir pdf

     

     

     

    Notre alimentation familiale étant basée sur une forte proportion de légumes  (mon métier de maraîchère a de multiples vertus), des céréales toujours accompagnées de fabacées (légumineuses) et une infime proportion de viandes (quand nous en mangeons, nous nous faisons un plaisir ponctuel en achetant de la viande bio).

     

    Vu que nous mangeons peu de viande, compensons en nous préparant des sauces maisons avec une consommation importantes d'oignons et d'ail que nous faisons revenir à la poêle en terminant feu éteint par une touche de sauce soja.

     

    C'est rapidement fait et mes filles se régalent, nos corps s'en portent que mieux!

     

    Aux Antilles, nous avons cette habitude ancestrale de cuisiner les oignons et l'ail ainsi. 

     

     

    Il s'avère que les prébiotiques sont les garants de l'équilibre, la composition et la fonction de notre microbiote car comme je vous le dis et redis, notre flore est acquise à la naissance, nous ne pouvons jouer que sur son équilibre ou déséquilibre.

     

    Donc à choisir entre prébiotique (les aliments qui nourrissent et stimulent la croissance de la flore endogène) et probiotique (apport d'un ensemble de bactéries exogènes), je choisis les prébiotiques!

     

    Nul besoin de cachet, vous retrouvez les prébiotiques dans tous les fruits et légumes bio de préférences et ce, afin d'éviter d'éliminer votre flore, d'encrasser vos cellules et de perdre encore de l'énergie avec les aliments contenant des pesticides.

     

    Privilégiez une cuisson douce de vos aliments pour éviter de détruire les  composants indispensables à la nutrition de votre flore.

     

     

    Des prébiotiques vous en avez dans,

    - toutes les brassicacées, cette grande famille des choux, le cresson, les kales, chou fleur et brocoli, chou bruxelles, la choucroute est un super prébiotique,

     

    - toute la famille de fabacées (légumineuses) comme les haricots, les pois, les fèves, les petits pois, les lentilles, le soja, le pois chiche avec lequel vous pouvez élaborer de délicieux apéritif,

     

    - mais aussi dans tous les légumes fibreux comme la carotte et son cousin le panais, dans le poireau cousin de l'oignon et de l'ail et encore dans la salade et sa cousine la chicorée, la tomate, la courgette, le concombre. Le cornichon aux ptits oignons est un très bon apéritif prébiotique,

     

    - sans oublier les légumes racines comme la patate douce, l'igname, la pomme de terre, le topinambour, 

     

    - les fruits tel que la banane, la papaye (action sur le cancer de la prostate), la mangue, le coco, la pomme, la rhubarbe, les pêches, tous les petits fruits rouges comme les fraises, canneberges, raisins, framboises, cassis, myrtilles, baies des prunelliers (ma parcelle est entourée de ces arbustes, j'en mange comme des bonbons succulents, j'aime leur goût âcre), les olives à nouveau un apéritif prébiotique,

     

    - les céréales complètes, riz, quinoas, boulgour, semoule, maïs,

     

    - Les épices et herbes aromatiques, cannelle, muscade, citronnelle, cumin, ail, oignon, persil, ail des ours, basilics, roquette, moutarde, gingembre, curcuma, avec lesquels vous pouvez confectionner vos pestos "fait maison", juste en mixant dans l'huile d'olive bio soit l'ail, soit l'oignon, soit le persil, soit l'ail des ours, soit le basilic, soit la roquette, soit la moutarde ou bien le gingembre ou le curcuma et même faire des associations si l'envie vous chante. Ces pestos vous avez la possibilité d'en faire des cubes à glace pour les conserver au froid afin de pouvoir en ressortir en cas de besoin de petites quantités tout l'hiver. Vous agrémenterez naturellement tous vos plats de cette façon à moindre frais pour votre portefeuille mais tous bénéfices pour votre corps!

     

    La liste est longue, vous avez le choix, la nature vous donne gracieusement tout ce dont il vous faut!

     

     

    Je vous ai mis cette vidéo car elle relate des témoignages d'anciens diabétiques.

    Le rôle crucial d'une nourriture saine basée sur le végétal y est soulevé.

     

     

    Et si la santé, c'était naturel?

      Index

     

     

     

    Notre flore intestinale, nos gènes

    et notre comportement

     

    Revenons à notre histoire de flore intestinale!

     

    Je vous indiquais préalablement que la flore agissait sur notre comportement, 

    Et bien, il est montré du doigt dans cette vidéo que de mauvaises habitudes alimentaires en corrélation avec la modification de l'équilibre de notre flore logée dans nos intestins, influence nos propres comportements sociaux...

    Voyez plutôt!

     

     

     Microbiote: ces bactéries qui nous gouvernent 

     

     

    Notre flore intestinale agit sur nos comportements  sociaux, effectivement!

    Mais pas seulement, nos comportements alimentaires s'en trouvent aussi influencés.

     

    je vous invite à lire la totalité de l'article "La flore intestinale, responsable de notre poids ?" sur le site de le "Revue médicale Suisse.

     

    En voici le résumé pioché sur le site, je cite :


    ..."L’obésité est une maladie multifactorielle et souvent considérée comme la résultante d’un déséquilibre entre l’apport alimentaire et la dépense énergétique.

     

    Cependant, la composition bactérienne de la flore intestinale pourrait être un troisième élément impliqué dans le développement de l’excès du poids.

     

    Selon le type d’alimentation, cette boîte noire des intestins pourrait contribuer d’une part à la modification de l’extraction calorique à partir des aliments, et d’autre part, au changement de la dépense énergétique.

     

    La flore intestinale a des liens avec le métabolisme intermédiaire et l’inflammation, et elle peut être impliquée dans la physiopathogenèse du diabète (types 1 et 2), syndrome métabolique et obésité.

     

    Le changement des habitudes alimentaires avec une alimentation riche en fibres et de type méditerranéen pourrait induire des modifications du microbiote intestinal et, par conséquence, une perte de poids, une amélioration du syndrome métabolique et du diabète..."

     

      

    Les chercheurs viennent à peine de toucher du doigt,

    le rôle capital des colonies vivant dans notre système digestif laissant entrevoir quand désordre il y a, les causes aux divers problèmes de santé ainsi que les solutions envisageables.

     

    Par exemple un déséquilibre de cette flore intestinale agit sur la flore vaginale pouvant provoquer une augmentation du Candida albicans (champignon) qui normalement est bénéfique pour notre corps quand équilibre il y a, mais peut provoquer en cas de déséquilibre la candidose chronique.

     

    Ce champignon étant avide de sucre, rend addict au sucre, ce qui provoque un dysfonctionnement des cellules nerveuses du cerveau entrainant des comportements anormaux irritables et stressants.  

     

    Les chercheurs ont démontré :

    qu'une flore intestinale vivant en parfaite harmonie et en symbiose (je le répété à nouveau!) nous incite à,

    conserver une alimentation équilibrée afin que toutes les souches présentes puissent se développer en profitant de la diversité alimentaire que nous leur fournissons, tout en s'entraidant. 

     

    A contrario, 

     

    les effets de prise de médicaments, hormones, antibiotiques, alimentation trop riche en toxines, riche en gras, sucre et sel, rehausseurs de goût, conservateurs, eau chlorée du robinet ect..., provoquent un déséquilibre de la flore intestinale en favorisant le développement d'une ou plusieurs souches au détriment des autres.

     

    Ces dites souches ont tout intérêt pour pouvoir rester en vie, à conserver leur monopole!

    Elles s'y attellent en nous incitant à continuer dans cette voie alimentaire ultra riche en sucre et en sel et ultra toxique pour notre organisme.  

     

    Notre corps cache encore bien des mystères, mais en tout état de cause ce qui ressort des enseignements des chercheurs est :

     

    que seule une alimentation biologique de bonne qualité est profitable au maintien de l'équilibre de notre flore intestinale,

     

    et donc 

    à la préservation intacte de ce vaste réseau nerveux que constitue notre système nerveux entérique,

      

    puis par ricochet,

    évite d'occasionner de graves séquelles dans notre système nerveux central qui comme nous l'avons appris, est intégralement lié à nos réactions chimiques, physiques et transmission des émotions psychiques au cœur même de notre ventre. 

     

     

    Je profite pour vous glisser cette vidéo instructive sur les graves effets de l'aluminium sur la santé, sachant que les industrielles l'utilisent allègrement dans de nombreux aliments, sel y compris.

    De l'aluminium, on la retrouve même dans le lait enfantin des chercheurs Anglais ont dénoncé cette pratique.

     

     

    Aluminium, notre poison quotidien

     

     

    Après avoir pris connaissance des résultats de ces chercheurs, les phrases suivantes pleines de bons sens qui me viennent à l'esprit, reprennent ici tout leur sens!

     

    "Que ta nourriture soit ton premier médicament", Hippocrate,

    "Tu es ce que tu manges",

    et  

    "Dis moi ce que tu manges, je te dirai qui tu es".

     

    Sur la vidéo suivante relative à l'épigénétique (j'ai eu l'occasion de vous en dire quelques mots dans mon article "Les quatre accords toltèque : La puissance de la parole"),

     

    les chercheurs constatent que nos gènes s'expriment ou sont inhibés par,

    nos pensées,

    notre alimentation,

    notre environnement,

    tout ce qui est en contact avec notre peau

    et que,

    l'expression et l'inhibition de nos gènes passent de génération en génération.

     

    Notre microbiote est sensible à tous ces facteurs.

     

    Elle fabrique, fait barrière protectrice et communique instantanément entres elles mais aussi avec nos cellules et nos gènes.

     

    Si vous souhaitez poursuivre sur ce thème, je vous invite à la lecture du livre de Deepak Chropra et Rudolph Tanzi "Le fabuleux pouvoir de vos gènes", Comment influez positivement sur votre ADN pour une meilleure santé physique et psychique.

     

     

    En conclusion!

     

    Notre microbiote dialogue avec nos gènes!

    Notre corps nous révèle bien des surprises!

    L'avenir nous réserve bien des surprises!

     

     

    Epigénétique, nous sommes ce que nous mangeons !!!

     

      Index

     

     

     

     Cit'action

    Qui mange à se rendre malade,

    aura à jeûner pour se guérir
    Proverbe espagnol 

     

     

    Panier de légumes BioTiLande

    Mon panier de légumes bio été 2014 de Bio Ti Lande

    Merci à Fatiha pour cette belle présentation

      Index

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :